Drame de la pauvreté, Francis Muller est mort dans de terribles circonstances. Ce vieillard de 70 ans a vécu dans une situation très précaire avec sa femme dans un village limitrophe de Carcassonne. Une retraite pour deux insuffisante pour payer le loyer et les besoins élémentaires qui a mis Francis devant une question existentielle : « Que faire pour continuer à vivre sans trop souffrir jusqu’au dernier jour ? ». A cette question, il y répondra en faisant la manche dans une avenue très passante de Carcassonne.


Assis devant une boutique, casquette à la main, il quémandait des pièces aux passants. Chaque matin et soir, le même rituel, sa femme l’accompagnait en voiture sur son lieu de travail. Un beau jour, un autre sans domicile fixe s’est installé un peu plus loin sur l’avenue pour y faire la manche, les passants ont tout de suite été pris d’affection pour cet homme, sa jambe en moins avec le moignon apparent ne pouvait qu’émouvoir les gens.


Francis, ne souhaitant pas quitter cette avenue lucrative, a essayé d’émouvoir à son tour les passants mais rien n’y faisait, l’autre sans domicile fixe retenait toute l’attention. Un soir, il demanda à sa femme de lui scier sa jambe gauche, s’y refusant, l’homme lui expliqua tout le stratagème financier qu’il y avait derrière cette initiative lourde de conséquence. Après cette explication, munie d’une scie circulaire, Margarethe découpa, sous les hurlements et les giclements de sang, la jambe de son mari. Le lendemain, fier, boitant en marchant avec une canne, il s’installa sur l’avenue sous le regard médusé et jaloux de son concurrent. L’effet ne se fit pas attendre, les pièces tombaient de nouveau dans sa casquette, son plan marketing fonctionnait.


L’autre sans domicile fixe partit quelques heures plus tard énervé, laissant Francis seul sur l’avenue. Une satisfaction de courte durée quand son concurrent revint le lendemain avec un bras en moins. Une concurrence glauque se mit en marche. Ne se laissant pas faire, les deux hommes se mutilèrent, chacun leur tour, différents membres de leur corps, mains, pieds, oreilles, en prenant soin d’exhiber leurs moignons et leurs mutilations au grand jour.


La femme de Francis supporta de moins en moins cette situation, fragile et fatiguée, elle devait descendre son mari de la voiture dans une brouette et l’emmener sur son endroit de mendicité. Une situation grotesque et macabre.


Francis eut une dernière idée pour émouvoir les gens. Margarethe refusa catégoriquement. L’homme insista pendant des semaines jusqu’à ce que sa femme craque et accepte. Au petit matin du 10 mars 2004, Margarethe s’installa sur l’avenue, assise, à côté du corps de son mari, décapité. Interpellée rapidement, elle sera placée en détention provisoire avant d’être recueillie dans ce sanatorium converti en asile psychiatrique en raison de son âge avancé et de son état de santé inquiétant.

URGENCE PATRIMOINE : Pour continuer à faire vivre notre patrimoine français, il est important de s’associer à des associations et à des structures permettant de donner une seconde vie à ces lieux oubliés : urbexsession.com/agir-pour-le-patrimoine. Pour éviter que ces endroits finissent un jour en poussière comme c’est trop malheureusement le cas, il est nécessaire de s’investir par différents moyens. De notre côté, nous effectuons une empreinte artistique à travers nos photographies pour immortaliser ces endroits. Sur cette page : urbexsession.com/les-lieux-rehabilites vous pouvez découvrir des exemples de lieux réhabilités et sur celle-ci : urbexsession.com/les-lieux-disparus des lieux malheureusement qui n’ont pas résisté aux épreuves du temps.

Nous ne communiquons pas l’adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n’encourageons pas à l’explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d’accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d’information : urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l’adresse par message privé ou dans les commentaires, il n’y aura aucune réponse de notre part. Lors de cette exploration, aucune dégradation ni infraction a été commise pour pénétrer dans ce lieu. Nous n’avons aucune information sur les éventuels propriétaires. Si vous êtes propriétaire de cet endroit et que cette publication vous gêne, nous procéderons à sa suppression sur simple demande via notre page contact. Si vous avez en votre possession l’adresse de ce lieu et que vous souhaitez l’explorer, merci de ne rien dégrader ni vandaliser. Si les accès sont fermés, ne cassez rien pour rentrer, l’urbex est avant tout le respect des lieux, merci de faire vivre ce principe de base. Pour en savoir plus sur les règles de l’urbex, veuillez cliquer sur ce lien : urbexsession.com/les-regles-lurbex.

L’histoire que vous venez de lire est totalement inventée, c’est une fiction écrite pour préserver la véritable identité du lieu.


Continuez à explorer d’autres sanatoriums abandonnés situés en France en [cliquant ici]


Ces articles disponibles sur Amazon peuvent vous intéresser :

Montpellier secret & insolite
17 Commentaires
Montpellier secret & insolite
  • Susplugas, Marie (Auteur)
Les expériences paranormales
  • Mathijsen, François (Auteur)
Manuel du chasseur de fantômes
88 Commentaires
Manuel du chasseur de fantômes
  • Fearson, Erick (Auteur)