Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Sanatorium Nestor Pirotte

Ce magnifique sanatorium est composé de 2 pavillons, le premier pavillon a accueilli ses premiers malades un peu avant 1900 avec tout un équipement moderne pour l’époque (chauffage central, éclairage, etc..) et il pouvait accueillir à peu près 160 patients. Les malades eurent la vie belle en disposant de salles d’études, de jeux, d’une discothèque et de différents clubs d’animations. Le second pavillon fut construit après 1920. Les premiers malades rentrent dans ce pavillon en 1929. La fermeture de l’ensemble médical aura lieu avant les années 2000.




« Nous ne communiquons pas l’adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n’encourageons pas à l’explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d’accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d’information : https://urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l’adresse par message privé ou dans les commentaires, il n’y aura aucune réponse de notre part, merci de votre compréhension. Lors de cette exploration, aucune dégradation ni infraction a été commise pour pénétrer dans ce lieu. Nous n’avons aucune information sur les éventuels propriétaires. Si vous êtes propriétaire de cet endroit et que la publication photographique sur ce site vous gêne, nous procéderons à sa suppression sur simple demande via notre page contact. »

–> Offrez-vous un tirage limité collector d’une des photos de ce reportage à cette adresse  : https://marie-et-raphael.com

Instagram | L’exploration instantanée

Abonnez-vous à notre Instagram : Urbex Session : https://www.instagram.com/urbexsession/






ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER (Vous recevrez mensuellement par mail nos dernières explorations) :


« Continuez à explorer d’autres lieux abandonnés situés en Nord-Pas-de-Calais-Picardie en cliquant ici : http://urbexsession.com/nord-pas-de-calais-picardie«