Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Piscine Fourniret

Posted on 0 4 m read

Cet endroit abandonné m’attirait depuis longtemps, je l’ai rêvé, je l’ai fantasmé et je n’avais que comme seule obsession de fouler, comme les autres explorateurs, ce lieu plein de quiétude. Un désir légèrement atténué au fil du temps par une surfréquentation illégitime qui lui a fait perdre naturellement de son calme. C’est d’ailleurs sans rappeler la violente agression qui avait eu lieu ici même en mars 2018 durant laquelle un urbexeur s’était fait attaquer par un autre photographe afin de lui soutirer des adresses de lieux abandonnés. Un monde désaffecté sans foi ni loi. Avant ma venue programmée, j’ai eu écho à plusieurs reprises qu’un soi-disant propriétaire de ce lieu avait surpris des explorateurs et avait fait preuve d’une grande violence pour les faire partir, une rumeur parmi tant d’autres dans le milieu de l’Urbex et j’ai appris à me méfier tant elles sont nombreuses et fausses.

A l’aube, légèrement stressé, je me faufile discrètement derrière un grillage déchiqueté pour traverser ensuite ce jardin non entretenu depuis des années faisant office maintenant de forêt. Lorsque je m’approche de cette fameuse piscine, du bruit me stoppe dans ma progression. J’avance discrètement et découvre une jeune femme en train de se photographier à l’aide de son trépied. Cette connasse siliconée a réquisitionné les lieux. Sans s’apercevoir de ma présence, elle enchaîne les poses aussi ridicules les unes que les autres en tenant un ballon blanc. Elle a choisi le jour de ma venue pour renouveler sa galerie photos sur Tinder.

Pour ne rien gâcher, je découvre avec dégoût qu’elle a des poils sous les bras, il fallait que je tombe en plus sur une néo féministe, c’est le bouquet comme disent les fleuristes. Le temps passe et toujours caché derrière mon arbre, j’attends impatiemment que cette grande brune se casse pour me retrouver tranquille. Au loin, j’aperçois un homme baraqué s’avançant d’un pas déterminé vers la piscine. Il surprend la pimbêche poilue et lui demande en hurlant ce qu’elle fait là. Elle minaude comme elle peut devant cette personne se déclarant être le propriétaire, ce n’était donc pas une rumeur.

La jeune femme se baisse pour ramasser ses vêtements lorsque l’homme lui assène un violent coup de pied au visage qui la déstabilise. Elle tombe dans la piscine et se met à crier. Je n’aurai pas cru assister à un tel spectacle à cette heure si matinale. Il descend les marches pour l’atteindre et lui foutre la tête sous l’eau, il est en train de la noyer. Impossible pour moi d’appeler la police, cela aurait comme conséquence de compromettre mon exploration, j’habite à plusieurs centaines de kilomètres d’ici, je n’ai pas l’occasion de pouvoir m’y rendre comme je le souhaite.

Elle résiste, elle se débat péniblement, la scène que j’observe discrètement derrière la baie vitrée est véritablement choquante. J’assiste à un Urbex ça tourne mal. Il n’y a plus de résistance, la face sous l’eau, elle flotte inerte. Je vais peut être enfin pouvoir faire mes photos. L’homme transporte le cadavre comme un vulgaire déchet en le traînant par terre. Pensant le danger inexistant, je commence à m’avancer lorsque l’homme revient sur ses pas pour récupérer les affaires de la défunte siliconée. Ouf il ne m’a pas vu. J’entends un véhicule démarrer, ça doit être lui, il est enfin parti.

Enfin, je profite de cet endroit fantasmé, c’est magnifique. Le ballon blanc de la défunte flotte encore dans la piscine. Après avoir vu un tas de photos de ce lieu, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus grand. Je photographie l’endroit sous tous ses angles. La maison accolée à la piscine est impénétrable, peu de frustrations, ça ne m’avait pas l’air très intéressant. Avant de partir, je fais le tour de la propriété et immortalise avec mon appareil quelques véhicules abandonnés dont une voiture totalement recouverte par mère nature, le type de prise de vue que j’affectionne le plus. Avec quasiment 70 photos, je m’en sors plutôt bien malgré le retard que m’a occasionné l’autre conne.

Nous ne communiquons pas l’adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n’encourageons pas à l’explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d’accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d’information : urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l’adresse par message privé ou dans les commentaires, il n’y aura aucune réponse de notre part, merci de votre compréhension. Lors de cette exploration, aucune dégradation ni infraction a été commise pour pénétrer dans ce lieu. Nous n’avons aucune information sur les éventuels propriétaires. Si vous êtes propriétaire de cet endroit et que la publication photographique sur ce site vous gêne, nous procéderons à sa suppression sur simple demande via notre page contact.



Offrez-vous un tirage limité collector d’une des photos de ce reportage à cette adresse : https://marie-et-raphael.com


Instagram | Abonnez-vous à notre Instagram : instagram.com/urbexsession


Continuez à explorer d’autres lieux abandonnés en région Centre-Val de Loire en [cliquant ici]


Ces articles disponibles sur Amazon peuvent vous intéresser :


A découvrir sur Urbex Session :