Pour imaginer comment a pu être cet endroit avant son abandon, il faut fouiller dans les archives à la recherche de vieilles photos et d’anciennes cartes postales afin de découvrir un lieu loin de ce qu’il peut représenter actuellement. Il fallait une bonne motivation pour s’arrêter là et sortir nos appareils photos. En bordure de nationale, cet ancien hôtel, qui était à la base un château, n’est plus qu’une décharge interdite. Autant à l’extérieur qu’à l’intérieur, on assiste à une descente aux abîmes vers le vandalisme. Le terrain est apparemment réquisitionné par un fermier qui y entrepose son bétail et du matériel, c’est pour cela qu’on ne s’est pas aventuré plus loin que l’ancien château. Quelques prospectus, autocollants et factures nous rappellent la nature du lieu, j’y trouve même une ancienne pancarte faite main pour annoncer les prix d’un loto organisé qui date de 1981. On pouvait y gagner entre autres un téléviseur noir et blanc, un poste radio cassette stéréo et même une série de disques 33 tours, le paradis sur terre en somme, du moins à l’époque. Un détail qui m’amusa, cette porte avec du faux sang avec écrit “Je c’est plus qui ma tué” en référence à l’illustre Omar Raddad. Le château était à la base un centre d’apprentissage puis devint ensuite dans les années 1960 un hôtel. C’est après un sinistre au début des années 2000 que le lieu fut condamné au silence.


Nous ne communiquons pas l’adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n’encourageons pas à l’explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d’accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d’information : urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l’adresse par message privé ou dans les commentaires, il n’y aura aucune réponse de notre part. Lors de cette exploration, aucune dégradation ni infraction a été commise pour pénétrer dans ce lieu. Nous n’avons aucune information sur les éventuels propriétaires. Si vous êtes propriétaire de cet endroit et que cette publication vous gêne, nous procéderons à sa suppression sur simple demande via notre page contact. Si vous avez en votre possession l’adresse de ce lieu et que vous souhaitez l’explorer, merci de ne rien dégrader ni vandaliser. Si les accès sont fermés, ne cassez rien pour rentrer, l’urbex est avant tout le respect des lieux, merci de faire vivre ce principe de base. Pour en savoir plus sur les règles de l’urbex, veuillez cliquer sur ce lien : urbexsession.com/les-regles-lurbex.




Continuez à explorer d’autres hôtels abandonnés situés en France en [cliquant ici]


Ces articles disponibles sur Amazon peuvent vous intéresser :

Manuel du chasseur de fantômes
  • Fearson, Erick (Auteur)