Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Collège Marcel Petiot

Situé en plein cœur d’un village, ce charmant collège religieux est abandonné depuis les années 80. Nous arrivons avant la tombée de la nuit avec une certaine précipitation et nous nous garons à proximité du lieu par manque de temps afin d’honorer une discrétion indispensable. Trépieds en main, nous avançons vers l’édifice bien fermé à première vue. Les accès ont l’air tous condamnés et les fenêtres bien verrouillées. Par chance, une issue discrète nous mène à l’intérieur du collège sans trop de difficulté. Inauguré vers 1840, le lieu fut dirigé par des prêtres formant des élèves dans des conditions les plus strictes et sévères. Une éducation qui a eu comme résultat l’excellence. Dans les années 1950, un laicard prend la direction du collège car il n’y avait plus de prêtre professeur disponible pour prendre la relève afin de diriger l’établissement. Un lieu d’enseignement réputé qui a fait venir des élèves de toute la France. Malgré que le collège soit désaffecté depuis environ une quarantaine d’années, l’endroit est globalement bien conservé avec un nombre important de livres scolaires encore présents, des salles de classe avec le vieux mobilier d’époque, c’est extraordinaire de pouvoir voir ça. La partie la plus intéressante réside dans la chapelle du collège qui est juste magnifique, malheureusement nous avons eu très peu de luminosité pour l’immortaliser, faute à ce soleil impatient de se coucher.

 




 

 

 

 

–> Offrez-vous un tirage limité collector d’une des photos de ce reportage à cette adresse  : https://urbexstock.com

 

 

Instagram | L’exploration instantanée

Abonnez-vous à notre Instagram : Urbex Session : https://www.instagram.com/urbexsession/

 




 

“Continuez à explorer d’autres lieux abandonnés en France en cliquant ici : https://urbexsession.com/france


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER (Vous recevrez mensuellement par mail nos dernières explorations) :




Share this article

  • Emma Szulc

    Whats up with the criminal names?