logo

Chateau Vasiliy Kulik

Nous roulons sur une départementale en direction du château Vasiliy Kulik, perdu dans la région Centre. Même s’il n’y a aucun voisinage aux alentours, nous restons sur nos gardes et garons la voiture à une centaine de mètres. Après avoir traversés les bois, dans le brouillard, nous arrivons devant le château, c’est une belle ruine, le lieu a beaucoup de charme. Ce qui nous étonne en premier lieu c’est l’état du parc, à plusieurs endroits, nous remarquons que la terre est retournée, peut être des sangliers ou tout autre animal sauvage s’amusant à faire des trous, méfiance. L’intérieur du château présente peu d’intérêt, le lieu a beaucoup souffert de son abandon, il ne reste que très peu de choses à immortaliser, à part un vieil escalier en bois.




C’est lorsque nous arrivons au deuxième étage que nous entendons du bruit à l’extérieur. Une voiture arrive, qui cela peut-il bien être ? Le propriétaire ? Un gardien ? Un photographe ? Aucune idée, nous décidons de rester cachés en haut et d’observer ce qui se passe à travers la fenêtre. Nous voyons une vieille Peugeot 405 traverser le parc et s’arrêter. Un homme sort de la voiture et se dirige vers son coffre. À ce stade, nous imaginons que l’homme est simplement un chasseur. Stupeur et effroi au moment où il sort un cadavre humain pour le mettre par terre, de loin nous devinons le corps d’une jeune femme, nous sommes totalement paniqués. En danger et coincés dans le château, la seule sortie donne sur le parc, impossible de nous mettre à vue. L’homme sort également une pelle et commence à creuser un trou pour enterrer le cadavre. Par chance, avec nos téléphones, nous arrivons à capter du réseau, nous saisissons immédiatement cette occasion pour consulter, Marie et moi, notre fil d’actualité Facebook afin de patienter. Déjà une quinzaine de minutes que l’homme creuse sans que l’on en voie la fin, c’est long, trop long. On le voit épuisé, sans force, certainement son âge avancé qui lui fait défaut. C’est vraiment pénible d’attendre comme ça, sans le savoir, il est en train de gâcher le programme de notre journée.

 

Au fil des minutes, l’exaspération nous gagne, nous arrivons même à avoir de la peine pour le vieil homme en souffrance se tuant à la tâche. Après une courte réflexion, je me décide à venir à sa rencontre afin de l’aider à creuser. On gagnera du temps avec mes coups de pelle. Il me voit arriver, il panique et remonte dans sa voiture. Il ne se doute pas de mes intentions. Je lui explique, en le rassurant, que l’on observe la scène depuis un moment du château et que je vais l’aider à finir son trou. Un peu abasourdi par ma proposition, l’homme me tend sa pelle en guise de confiance, il accepte avec soulagement. Je me dépêche de creuser afin d’éviter de perdre trop de temps. Il me raconte sa vie de tueur en série, se dévoile à travers des confidences poignantes. Il m’explique qu’il a pris l’habitude d’enterrer les corps de ses victimes ici, ça fait partie de son rituel. Il tue par pulsion, par plaisir, il ira même jusqu’à comparer le crime à un sport. C’est un homme qui parle avec passion, c’est un tueur mais avec un bon fond, du moins c’est ce qu’il laisse transparaître. Il me questionne sur ma vie, il fait la connaissance de Marie, venue à notre rencontre pour nous prêter main forte, en creusant aussi. Une drôle de situation qui crée une harmonie inattendue. Le cadavre de la jeune femme est dans le trou, chacun notre tour, nous la recouvrons de terre, l’ambiance est bon enfant, loin de ce que l’on pourrait penser en de pareilles circonstances.

 

L’exploration de lieux abandonnés c’est aussi ça, des rencontres magiques et inattendues. Le tueur, pour nous remercier, nous propose d’aller boire un verre chez lui mais malheureusement, à contre cœur, nous ne pouvons pas accepter à cause de notre programme chargé. Ce n’est que partie remise. Nous partons d’ici avec la fierté d’avoir fait une bonne action, aider son prochain.

Nous ne communiquons pas l'adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n'encourageons pas à l'explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d'accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d'information : http://urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l'adresse par message privé ou dans les commentaires, il n'y aura aucune réponse de notre part, merci de votre compréhension.

 

 

 

« Continuez à explorer d’autres châteaux abandonnés situés en France en cliquant ici : http://urbexsession.com/chateau-abandonne-en-france« 




  • Juliette

    Bonsoir, très belles photos comme toujours. Je les fait en hiver ça change beaucoup l’aspect du château. Au plaisir de vous lire
    Juliette