Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Château Marie Noe

Posted on 0 5 m read

Quelle mésaventure mes amis lors de cette exploration, je n’en suis pas sorti indemne. Lorsque j’ai voulu me rendre dans ce château plusieurs personnes m’ont mis en garde sur le fait que le propriétaire habite toujours dans le village dans une habitation plus modeste et que cela fait plusieurs années qu’il essaye désespérément de vendre son château situé dans le sud de la France. Les quelques explorateurs qui ont tenté de rentrer dans le château se sont faits copieusement insulter et menacer physiquement. C’est avec ce prélude et une certaine appréhension que j’entame la route jusqu’à cette demeure abandonnée.

 

Arrivé sur les lieux, découvrant le jardin en friche protégé par un portail rouillé mourant, je remarque en effet un panneau à peine lisible où figure l’inscription « A Vendre », on ne m’avait donc pas menti. La porte principale du château est ouverte, je rentre à l’intérieur avec angoisse. Avant de sortir mon appareil photo, je fais le tour pour voir si je suis bien seul à l’intérieur, c’est le cas et je décide donc d’immortaliser cet endroit.

 

Le château est en mauvais état mais c’est comme ça que je les préfère, avec assez d’objets encore présents pouvant me référer à une époque lointaine. Du vieux mobiliers, des journaux au papier jauni, cette exploration est incroyable.

 

Me trouvant au dernier étage, j’entends du bruit au rez-de-chaussée, prostré, je décide de rester dans cette pièce plongée dans l’obscurité le temps que le silence revienne me rassurer. Au bout d’une dizaine de minutes, pensant tout danger éloigné, je descends et tombe nez à nez avec un homme à la carrure imposante me demandant en hurlant ce que je viens faire ici.

 

Tétanisé je ne sais quoi dire pour le calmer et décide de me sortir de cette situation en lui disant être intéressé par l’achat de ce château et c’est pour cela que j’ai voulu le visiter. Le sourire aux lèvres, l’homme me dit être justement le propriétaire du lieu et me propose de me faire une visite guidée complète. Passionné par son château, il me fait part être dans une situation financière difficile et tente par tous les moyens de vendre cet héritage devenu pesant.

 

Après environ une heure avec mon agent immobilier improvisé, il me demande si je suis toujours intéressé pour l’acquérir. Au lieu de mettre fin à ce mensonge en répondant un simple « non », je continue mon délire en lui disant que je souhaite l’acheter. Il m’emmène jusqu’à son domicile pour entamer la négociation, c’est à ce moment là que je me rends compte que ma connerie commence à me dépasser. L’homme me propose de me le céder à 380 000 euros, pour me sortir de cette histoire à la con je lui indique avoir seulement 200 000 euros comme budget, quasiment moitié moins que son offre. Cette proposition qui aurait dû mettre fin à notre échange prend un autre tournant. Il me sert la main et me dit « Banco ». De son bureau, il sort plusieurs dossiers administratifs pour entamer la vente, tout va très vite. Il me fait signer un compromis de vente sous seing privé à la volée et m’indique les coordonnées de son notaire pour signer l’acte de vente. Tout me dépasse, surtout que je suis loin d’être calé dans toute cette paperasse et ce que cela engage.

 

Une fois rentré chez moi, d’une chose à l’autre, je commence à oublier cette transaction comme si elle n’avait jamais existé. Onze jours plus tard, le propriétaire m’appelle pour me demander si j’ai obtenu le financement de ma banque, le cauchemar reprend. Je lui signale que je n’y suis pas encore allé, il me prévient d’un ton grave que mon délai de rétractation a pris fin aujourd’hui et que je ne peux plus annuler la vente. Je me rends compte que j’ai fait une grosse connerie qui risque de m’endetter à vie. Seule ma banque peut faire échouer cet achat, si on me refuse le prêt, cela joue sur la condition suspensive qui permet d’annuler cette transaction. Quelques jours plus tard, devant mon banquier, j’engage le souhait d’acheter ce château en ne donnant aucune assurance de pouvoir rembourser ce prêt et en dramatisant sur ma situation économique. Impossible qu’on me prête cet argent dans ces conditions. Le courrier reçu plus tard sera une véritable douche froide, ce prêt m’est accordé avec un taux vertigineux. Au pied du mur, je me rends compte que si je décide tout de même d’annuler cette vente, je serais redevable de fortes pénalités et de dommages et intérêts.

 

Je suis donc, depuis peu, devenu propriétaire fauché de ce château qui est une véritable menace sur ma vie. Une exploration qui tourne vraiment mal. Pour les prochains explorateurs qui veulent rentrer dans mon château, si je ne suis pas présent sur place, merci de laisser sur la corbeille en osier se trouvant sur le piano quelques pièces de monnaie pour contribuer au remboursement de ma dette.

Nous ne communiquons pas l’adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n’encourageons pas à l’explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d’accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d’information : urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l’adresse par message privé ou dans les commentaires, il n’y aura aucune réponse de notre part, merci de votre compréhension. Lors de cette exploration, aucune dégradation ni infraction a été commise pour pénétrer dans ce lieu. Nous n’avons aucune information sur les éventuels propriétaires. Si vous êtes propriétaire de cet endroit et que la publication photographique sur ce site vous gêne, nous procéderons à sa suppression sur simple demande via notre page contact.


Offrez-vous un tirage limité collector d’une des photos de ce reportage à cette adresse : https://marie-et-raphael.com


Instagram | Abonnez-vous à notre Instagram : instagram.com/urbexsession


Continuez à explorer d’autres châteaux abandonnés en France en [cliquant ici]


Ces articles disponibles sur Amazon peuvent vous intéresser :


A découvrir sur Urbex Session :