logo

Urbex Business

L’Urbex devient un vrai phénomène de mode, un engouement mondial et populaire, de plus en plus de personnes se lancent dans cette pratique à en juger aux nombreuses pages Facebook se créant chaque jour. Il est marrant de remarquer que lorsqu’on dit à des personnes qu’on aime se balader dans les endroits abandonnés on nous regarde avec des yeux intrigués mais lorsqu’on dit qu’on fait de l’Urbex, par magie on devient tout de suite tendance limite hipster bobo. Evidemment, derrière chaque mode il y a un business et l’Urbex ne déroge pas à cette règle loin de là. Il y a deux sortes de personnes qui ont flairé le marché, les urbexeurs eux mêmes et les autres, sans lien et intérêt avec la pratique, reportage sur cet Urb€x.

Il y a dans l’Urbex une certaine déontologie partagée et compréhensible, celle où on respecte les lieux et par conséquent aucune violation d’accès est faite pour rentrer dans un endroit quelque soit le moyen utilisé, nous ne sommes pas des cambrioleurs ni des vandales, on rentre si l’accès est libre sinon hélas on repart avec une frustration mais cela fait partie intégrante de la partie.

capture-myurbex2Le site e-commerce dédié à l’Urbex que je vais vous présenter est dans ce paradoxe là, My-Urbex.com dit la quincaillerie de l’Urbex propose divers articles liés à la pratique comme des lampes torches, du matériel photos et d’autres articles divers, jusque là rien d’extraordinaire, sauf que la plupart du catalogue se concentre sur la vente d’outils servant à crocheter les serrures, une des méthodes traditionnelles d’intrusion utilisées par les cambrioleurs. On ne peut pas se défendre de la vente de tels outils en disant que ça n’a aucun rapport avec la pratique de l’urbex quand le site s’appelle « My-Urbex ».

myurbex-fbcapture

En vendant de tels outils avec une telle visibilité et en ciblant la pratique de l’Urbex il ne faut pas se cacher derrière de faux arguments, le site de ma banque, en plus de ses services proposés, ne me donne pas à disposition les horaires de passages des convoyeurs de fond, un paradoxe à assumer.

Il est évident que son site n’encourage pas au cambriolage ni à l’intrusion dans les biens d’autrui mais en vendant ce genre de produit cela reflète forcement une mauvaise image de l’Urbex et peut donner éventuellement de mauvaises idées à d’autres.

La plupart des endroits abandonnés appartiennent toujours à un propriétaire, des lieux sans projet et sans intérêt pour le quidam mais avec cet engouement de visiter des lieux abandonnés, des propriétaires, collectivités se réveillent et proposent l’accès à ces endroits moyennant finance.

capture-vexin

 

Et oui, est-ce un prémisse sur ce qu’il peut se passer à terme face à une mode grandissante, réservation et tickets d’entrée seront de mise pour explorer sous surveillance ces endroits endormis. Des propriétaires agissant bien souvent au black mais d’autres le font de manière plus officielle. On peut citer comme exemple le sanatorium du Vexin en région parisienne où un reportage photo revient à 150,00 €, pourtant le bâtiment en lui même n’a eu aucun travaux depuis de nombreuses années et ne coûte donc rien en entretien, le coût comprend certainement une assurance mais ça reste exorbitant. L’argument donné pour l’inaccessibilité des bâtiments abandonnés pour cause de sécurité s’envole miraculeusement à coup d’euros.

urbexeurs-ticket« Dsl je ne donne pas les adresses pour préserver le lieu » Une réponse que donne une majorité d’urbexeurs à chaque demande, compréhensible et recommandable, mais ce qui est amusant c’est que la préservation passe au second plan quand il s’agit d’argent et de business, des photographes n’hésitent pas à emmener des personnes pour des photos de mariage ou autres photos fantaisies.

Quid de la confidentialité du lieu tant désiré ? A quoi bon faire la morale sur la préservation des lieux quand on favorise le bouche à oreille en échange d’argent ?

 

L’argent achète tout, l’Urbex ne déroge pas à la règle.

  • Neuro

    Bonjour,
    je suis Emmanuel, plus connu sous le pseudo de Neuro, gérant de My-urbex Sarl et éditeur du site My-urbex.com.
    Puisque cette page parle de ma boutique, je suppose qu’on ne me refusera pas un droit de réponse.

    Oui, ma société vend du matériel de crochetage, et oui, la boutique s’appelle my-urbex.
    Tout d’abord, elle s’appelle my-urbex depuis bien avant que 90% d’entre vous, y compris l’auteur de ce site ne sache ce que Urbex voulait dire. Comme on s’en doute, le marché de l’Urbex est un marché de niche, et n’est pas, seul, propre a assurer la survie d’une boutique. Etant donné que je suis également crocheteur sportif, et créateur de la seule marque d’outils de crochetage sportif Française, il est logique que je me serve de ma structure existante pour les distribuer. Je suis conscient que cela peut prêter à confusion, mais à part quelques personnes qui cherchent le mal partout, jusqu’à présent ça n’a pas gêné grand monde.
    Il faut savoir qu’en France, contrairement à ce que vous affirmez, le crochetage n’est pas une méthode traditionnelle utilisée par les cambrioleurs. En effet, le pourcentage d’effractions par crochetage est d’environ …0%, ce qui n’est guère élevé vous en conviendrez. Un pied de biche ou une perceuse sont des outils bien plus adaptés à quiconque souhaite rentrer chez vous en votre absence… Le crochetage n’est utile que si vous souhaitez ressortir en refermant derrière vous, ce dont les cambrioleurs n’ont en général rien a faire.
    Voila pour les cambrioleurs.
    Pour les explorateurs urbains, le constat est différent. Certains crochètent peut être, mais compte tenu des compétences requises, si cela est le cas, il s’agit d’une infime minorité. A ma connaissance, et au vu de mon fichier de clients, on trouve deux types de crocheteurs : les sportifs, qui se retrouvent sur des forums dédiés, et qui sont relativement comparables au hackers, et les serruriers.

    Au passage, et au cas ou vous ne l’auriez pas vu, nous vendons également des sacs de couchage, des hamacs et des tentes de survie. Je vous dis cela avant d’être accusés d’encourager le squat…

    Cordialement
    Emmanuel
    My-urbex.com

    • « Il est évident que son site n’encourage pas au cambriolage ni à l’intrusion dans les biens d’autrui » Le texte n’est pourtant pas bien long à lire pour éviter de conclure votre message ainsi. Pas de victimisation. Je parle de l’image péjorative que cela envoie, pourcentage ou pas, le crochetage est considéré comme une technique pour les cambrioleurs : http://www.tordjmanmetal.fr/particuliers/pour-vous-aider-a-choisir/ouvrir-une-porte-les-4-techniques-des-cambrioleurs.html. Cordialement.

      • neuro

        Que ce soit une technique d’ouverture, présentée comme potentiellement dangereuse par un fabriquant de portes blindées n’en fait pas pour autant une technique utilisée dans la réalité. Mais si vous trouvez un exemple de cas ou le crochetage a été utilisé, je ne demande qu’à réviser mon opinion.

  • Arthur

    Je crois que vous ne parlez pas de la même chose en fait:

    Neuro, tu te préoccupe de ton influence réelle sur les cambrioleurs
    (qui est effectivement nulle) alors que « Raphaël » (je ne te connais
    pas) se préoccupe de l’image de la « communauté » auprès du grand publique
    (ce qui s’appelle aussi « les qu’en dira t-on »). Vous pourrez argumenter
    longtemps chacun dans votre direction, ça ne mènera nulle part.

    Au sujet de ces qu’en dira t-on, il faut quand même être réaliste:

    Oui, en théorie, on ne casse rien. N’empêche que (même si je le
    déplore comme la plus part des explorateurs) sur la durée beaucoup
    d’entre nous ont aussi leurs sauts d’humeur et si une porte discrète
    mène à un endroit intéressant, il arrive parfois qu’un explorateur
    craque et la pousse même s’il faut casser pour cela. Cela laisse des
    traces autrement plus concrètes de nos activités qui ont un coup pour le
    particulier ou pour le contribuable…

    A l’inverse, comme pas mal de monde, il y a un certain nombre de
    portes que j’ai pu passer sans dommages grâce à quelques explorateurs
    très doués en crochetage (évidement je ne peux pas donner d’exemples
    mais des portes comme ça, je pourrais en citer des dizaines…). Si ces
    derniers n’étaient pas là, ces portes seraient régulièrement cassées et
    réinstallées (comme les différents accès aux catacombes de Paris),
    laissant éventuellement dans l’intervalle la place à des visiteurs moins
    scrupuleux.

    Alors si on regarde aussi les conséquences indirectes, il faut choisir entre

    -l’idée négative de la communauté que peut avoir le quidam moyen en
    se promenant sur My-urbex.com. La possibilité de rentrer dans des lieux
    qui valent le détour sans laisser aucune trace.

    -Les conséquences de la vision d’une porte défoncée de temps en
    temps sur un maire ou un particulier qui savent ce qu’elle coûte (sans
    oublier ce que risque alors tout ce qui se trouve de l’autre coté de la
    porte). Et je n’évoque même pas les média qui peuvent s’en mêler et
    atteindre aussi le premier quidam.

    Pour ce qui est de l’influence sur les cambrioleurs, elle est nulle
    (il est toujours plus rentable pour eux de casser) donc elle n’a rien a
    foutre là.

    Mon choix est vite fait…