logo

Sanatorium Werner Boost

Philippe Edouard Potain est venu pendant des années dans ce sanatorium reconverti en hôpital pour apporter son savoir à des enfants malades. Professeur de mathématiques à la retraite et droit-de-l’hommiste dans l’âme, il a toujours eu cette vocation d’aider son prochain. En 2012, une grande vague migratoire traverse l’Europe de l’Ouest dans des conditions chaotiques avec de nombreux migrants décèdent d’accidents, de fatigue, de dénutrition ou de suicide résultant d’un désespoir trop grand. Philippe Edouard Potain a immédiatement réagi en lançant une pétition populaire dans le but de promouvoir l’accueil de migrants aux domiciles de citoyens soucieux de l’humain. Une pétition à succès, de nombreux migrants trouvèrent un logement provisoire les sortant d’une situation d’alerte.

 

Médiatiquement, Monsieur Potain devint une personne influente n’hésitant pas à montrer aux journalistes les migrants qu’il accueillait à son domicile. Cet homme était devenu, à lui seul, une icône de l’espérance. Il aura fallu un homme, Zakarya Aziz Al Ahmed, un réfugié Syrien, pour que cela mette fin à cette image édulcorée de ce héros des temps modernes. Séquestré depuis plusieurs semaines dans la cave de Philippe Edouard Potain, l’homme a réussi à s’échapper par un soupirail. En état de choc, le migrant raconta à la police avoir été victime d’agressions sexuelles de la part de plusieurs hommes dont Monsieur Potain. Directement attaché au sol, une masse d’hommes encagoulés se masturbaient sur son corps jusqu’à déverser leur sperme. Des douches trash quasi quotidiennes. Il raconta que chaque agression sexuelle avait été filmée.

 

En premier lieu, le discours improbable de la victime ne fut pas pris au sérieux par la police mais face à son insistance, une perquisition fut ordonnée au domicile de Monsieur Potain. Une perquisition pleine de mauvaises surprises. Il fut trouvé plusieurs dvd amateurs avec, par exemple, comme titre sur la jaquette « Bukkake Migrant », un titre explicite et un visionnage du dvd qui fut choquant dans lequel l’on voit, sur des heures de film, des migrants, plusieurs, seuls à chaque fois, attachés au sol, victimes de bukkake, cette pratique qui consiste à se branler à plusieurs sur une personne.

 

Après une longue enquête, il fut établi que Monsieur Potain alimentait une filière porno amateur en Albanie. Malheureusement, il n’en était pas à son coup d’essai, des dvd et vhs furent retrouvés avec comme titre « Anal Rroms ». Encore une fois, l’humanité avait été sali.

© Les photos et les histoires qui accompagnent les reportages photographiques du site UrbexSession.com sont protégées par le droit d’auteur.