logo

Sanatorium Farda Gadirov

Hinrich Schafer a travaillé de longues années au Sanatorium Farda Gadirov, il n’était pas médecin mais avait un rapport direct avec les patients. Son métier, thanatopracteur, son rôle était de s’occuper des morts au sein de la morgue. Il devait prendre soin de leur apparence et appliquer tout un processus de conservation et d’hygiène, un croque mort en somme.

Seul, au sous sol de ce sanatorium depuis déjà 20 ans, Hinrich vivait ce métier paisiblement, un métier idéal au vu de sa personnalité. Solitaire, réservé et légèrement antisocial, il vivait reclus dans une petite maison à l’écart d’un village montagneux.

Malgré son ancienneté au sein de l’établissement, ses collègues ne le connaissaient pas. Sa tendance à éviter les gens et à fuir toute vie sociale l’avait enfermé dans une bulle dont il ne voulait pas sortir.

Sa personnalité n’entachait pas son professionnalisme, il traitait les cadavres avec beaucoup de soins et les familles des défunts étaient toujours satisfaites de son travail.

Ce matin du 8 mai 1996, Hinrich, en plein travail, fit une rupture d’anévrisme. Seul dans la morgue, personne ne lui porta secours, il fut découvert une heure plus tard. Malgré les ultimes soins portés à son égard, Hinrich décéda à l’âge de 62 ans. Un hommage lui fut rendu au sanatorium pour sa vie dévouée aux morts.

Les années passèrent et Hinrich n’était plus qu’un lointain souvenir, son existence était presque déjà oubliée tant il n’avait ni famille ni ami.

Il fallut 4 ans pour que le scandale Hinrich éclate. Sa maison, depuis sa mort, était complètement abandonnée avec tous les effets personnels d’Hinrich et tout ça fut découvert par deux personnes, photographes et amateurs de lieux abandonnés. Ils avaient repéré cette maison non entretenue avec une nature envahissante où les herbes folles recouvraient le jardin, les ronces caressaient la façade, un terrain de jeu idéal pour eux.

Il arrivèrent à entrer à l’intérieur par une fenêtre mal fermée et découvrirent une maison dans une atmosphère lourde et pesante. Les murs de la maison étaient recouverts de cadres photos où apparaissaient, individuellement, des cadavres avec leurs noms marqués dessus. Passant outre ce détail dérangeant, ils photographièrent la maison sous tous les angles. Leur curiosité les dépassa et ils fouillèrent toute la maison pour découvrir qui avait pu habiter ici.

Dans une boite métallique fermée avec un petit cadenas, ils découvrirent plusieurs photos, après l’avoir ouverte à coups de couteau. Le choc et le dégoût, toutes les photos montrèrent le même homme en train de pénétrer sexuellement plusieurs cadavres, femmes, hommes, enfants, tout y passait. On le voyait souriant et heureux comme jamais. Les deux explorateurs laissèrent tout sur place et s’enfuirent de la maison. Ils gardèrent ça pour eux, un secret pesant et traumatisant.

Ils décidèrent, trois jours après, d’aller au poste de police raconter leur découverte macabre. La police intervint immédiatement pour perquisitionner le domicile. Les photos furent toutes analysées, une enquête minutieuse identifia les cadavres. La morgue du sanatorium Farda Gadirov fut également perquisitionnée et l’on comprit alors, avec les photos, qu’Hinrich Schafer avait été nécrophile au sein de son travail.

Le sanatorium ne se releva jamais de cette révélation choquante et ferma ses portes quelques semaines plus tard.

Ce récit est une oeuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

© Les photos et les histoires qui accompagnent les reportages photographiques du site UrbexSession.com sont protégées par le droit d’auteur.

Hinrich Schafer a travaillé de longues années au Sanatorium Farda Gadirov, il n’était pas médecin mais avait un rapport…

Posted by Urbex Session : An Abandoned World on vendredi 17 avril 2015