logo

Sanatorium Alexander Sandy Keith

Après avoir été un sanatorium, juste avant son abandon définitif, cet endroit a été également un asile psychiatrique réservé aux femmes. C’est ici même que l’administration a interné, ce qu’avait appelé les médias à l’époque, « le gang des Lesbiennes » composé de Lena, Anna, Leah et Mia, elles mêmes se disaient être des lesbiennes radicales. Elles avaient une détestation envers l’homme qui se manifestait par des ratonnades le soir, sans pitié, frappant au hasard des hommes se trouvant sur leur chemin. Une haine inexplicable tant elle était extrême. Sur le plan politique, elles avaient fondé un micro parti qui représentait les lesbiennes sous un nom explicite « Freie Vagina », vagin libre en français, vulgaire tant sur les paroles que sur les actes, ce groupuscule n’a jamais été pris au sérieux. Après de multiples procès et intimidations, les quatre femmes se retirèrent de toute vie politique et médiatique et disparurent littéralement.

Ce sera cinq ans plus tard que leur retour judiciaire frappa les allemands à tout jamais. Un homme, un rescapé de l’horreur qui avait réussi à s’échapper d’une séquestration horrible, raconta en détail le traumatisme de ce qu’il avait subi dans cette maison isolée du côté de Prora en Allemagne du nord. Enfermé dans une cave, il était devenu un animal attaché et on le masturbait plusieurs fois par jour pour recueillir son sperme, ainsi les lesbiennes, à tour de rôle, se l’inséminaient dans leur vagin. Ce qui aurait pu paraître un rêve pour beaucoup d’hommes sur cette planète, se faire masturber toute la journée par des femmes, c’était révélé être un enfer. S’il n’arrivait pas à être en érection ou s’il éjaculait une faible quantité de sperme, il était battu et humilié. Le calvaire et l’horreur n’avaient pas de limite, ces lesbiennes, venues de toute l’Allemagne pour tomber enceinte, n’avaient aucun état d’âme, à l’accouchement elle égorgeait leur bébé si celui-ci était de sexe masculin.

A ce jour, on ne connait pas le nombre de bébés tués mais le sperme de cette victime a alimenté cette filière lesbienne, il ne savait pas au final de combien d’enfants il était le papa. Il ne le saura probablement jamais. Il aura réussi à s’échapper lors d’un congrès organisé dans la maison pour la quatrième édition du « Land Lesbisch ». Depuis, la communauté LGBT Allemande peine à rétablir une bonne réputation face à l’horreur et l’humiliation de certaines homosexuelles. Au cours d’un procès houleux, les quatre femmes ont été déclarées folles et ont été internées au Sanatorium Alexander Sandy Keith. La principale victime ne comprend pas ce jugement clément, pour elle, elles ne sont pas folles mais pleinement conscientes de leurs actes.  Depuis, cet écorché vif vend son sperme au marché noir.

  • lola

    Euh … Des panneau en russe dans un sanatorium allemand c’est louche ou vous êtes très mauvais en géographie

    • Partons sur une forte probabilité que tu sois très mauvaise en histoire.

  • Daniel Gachot

    Bonjour je suis fortement intéressé par vos lieu je suis du groupe urbex infinity sur Youtube possible d’avoir quelque adresse et je ferait un peut de pub sur vous si possible merci

    • On essayera de survivre sans votre publicité.