logo

Mission H0 – Cimetière d’avions

Après de multiples recherches, nous avons eu comme information l’existence d’avions abandonnés dans une base militaire désaffectée sans aucune autre indication. Une fois sur place, nous traversons en voiture un village se trouvant à une centaine de mètres de la base militaire, on y croise quelques jeunes enfants en train de jouer au ballon. Aux abords de la zone abandonnée, sur plusieurs panneaux assez alarmants, on nous indique qu’il y a un risque extrême de tomber sur des mines. Là, immédiatement, le niveau de stress monte rapidement. Que faire? Repartir? Tenter en prenant un risque? Nous nous questionnons.

Marie eut une idée assez lumineuse et nous repartons alors en voiture en direction du village. Nous accostons les enfants pour leur demander de venir avec nous, on leur explique que nous avons caché pleins de bonbons un peu plus loin. Le stratagème fonctionne à merveille et voilà que quatre enfants montent dans notre voiture.  Nous marchons derrière eux, nous avons cette chance d’avoir une sorte de protection et restons attentifs au fait de marcher en suivant les pas des enfants pour éviter un drame.

Nous apercevons les avions au loin, la voilà notre récompense. Malgré notre excitation, nous restons prudents. Et l’idée de Marie ne fut pas inutile, loin de là. Un des enfants se fit exploser une jambe devant nous, un carnage. Les trois enfants se mirent à pleurer et paniquer, avec beaucoup de pédagogie, je leur demanda de continuer à chercher les bonbons avant que les écureuils ne les mangent à leur place. Nous continuons à avancer jusqu’aux avions sans encombre, que de péripéties pour atteindre notre objectif.

Nous photographions une bonne heure ces avions abandonnés à leur triste sort avant d’être pris à partie. En effet, les trois enfants sont revenus avec un homme, nous comprenons alors que nous allons passer un sale quart d’heure, c’est surement le père de l’enfant qui s’est fait exploser la jambe. Immédiatement, l’homme nous interpelle en nous disant de ne pas promettre des bonbons à ses enfants si ce n’est pas vrai et que nous leur avons fait beaucoup de peine. Pour rattraper la situation, je promets alors d’aller immédiatement à l’épicerie la plus proche chercher des sachets de friandises, il accepte.

Surpris tout de même de n’avoir aucune remontrance pour la jambe déchiquetée de son enfant, je lui demande s’il n’est pas en colère pour cet accident. Il nous répondra que non, ce membre en moins ça sera au moins 15 à 20% de bénéfices supplémentaires lorsque son enfant ira faire la manche. Business is business.

  • Bonjour …..j’envisage de visiter cet endroit d’ici peu….j’ai besoin de quelques conseils car je pense a voir identifié le lieu. Accepteriez-vous de me donner qq indications si nous parlons bien du même aeorodrome ? Merci !

  • Bonjour …..j’envisage de visiter cet endroit d’ici peu….j’ai besoin de quelques conseils car je pense a voir identifié le lieu. Accepteriez-vous de me donner qq indications si nous parlons bien du même aeorodrome ? Merci !

    • tj hannart

      Sauriez-vous me donner l’adresse svp ?