logo

Maison Camargo Barbosa

Maison abandonnée en Belgique

Au fin fond de la campagne Belge du Brabant Flamand se trouve un hameau composé de 4 maisons. Un lieu difficile à trouver tant il est perdu au beau milieu de nulle part, sans panneau d’indication et desservi par un chemin fracassé.
Les habitants se connaissaient tous, plus que des voisins, ils étaient des amis, une amitié liée à leur passion et leur travail, la chasse. Hervé était le seul homme en couple, les autres n’étaient que des vieux garçons solitaires qui n’avaient que leurs chiens comme famille.

Mais le couple d’Hervé était atypique, malsain même. Sa femme, Yvonne était décédée depuis déjà 2 ans. Vous ne verrez jamais sa dépouille dans un cimetière car Yvonne habite toujours avec Hervé, empaillée.
Taxidermiste dans l’âme, Hervé n’a jamais accepté de voir partir la femme qu’il a tant aimée. Morte d’une grave maladie, son homme lui aura donné une seconde vie.

Une situation à la fois glauque mais émotionnelle tant elle reflète un dernier acte d’amour désespéré.
Les amis chasseurs d’Hervé étaient bien au courant de la situation car Yvonne était un accès au plaisir pour tout le hameau. Bien que morte, Yvonne était devenue un objet sexuel partagé par son mari. Des partouzes glauques avec une morte comme épicentre de leur déchaînement sexuel. Elle appartenait à tout le monde, une sorte de poupée gonflable en plus réaliste.

Personne ne s’est jamais inquiété de la disparition d’Yvonne, sans enfant et famille proche, elle faisait partie des oubliés de la vie. Perdue dans son hameau avec les chasseurs, son existence était dédié à servir son mari.

Un jour, Georges, le meilleur ami d’Hervé, annonça à tout le monde qu’il vendait sa maison pour changer de vie. L’audience était abasourdie par l’annonce mais Georges était formel, il voulait changer de vie et rien ne pouvait lui faire changer d’avis.
Promesse réalisée, 2 mois plus tard, sa maison était vendue. Le soir même c’était le pot de départ, un dernier apéro pour un adieu déchirant, l’ambiance n’était pas à jouer avec Yvonne mais à se rappeler des bons souvenirs.

Le lendemain matin, comme à son habitude, Hervé partit à la chasse avec ses collègues, le cœur n’y était pas.
Au retour de son escapade, il arriva devant sa maison mais vite intrigué par sa porte d’entrée facturée, il pensa immédiatement à un cambriolage. Il rentra chez lui mais ne remarqua aucun vol, rien n’avait bougé, il monta dans la chambre et s’aperçut qu’Yvonne n’était plus là. A la place, sur son lit, se trouva une lettre écrite par Georges.

Son meilleur lui annonça qu’il était parti avec Yvonne, fou amoureux d’elle, il avait abandonné sa vie pour en débuter une autre avec elle. Hervé hurla à la mort! Une trahison inattendue de la part de son meilleur ami! Sa femme, où était-elle? Il alerta les autres chasseurs en criant comme un hystérique. Ils s’empressèrent tous de prendre leur 4×4 et de partir à la recherche de Georges et Yvonne mais sans succès.

Les jours suivants, Hervé n’était plus que l’ombre de lui-même, il n’allait plus à la chasse, ne mangeait plus, ne parlait plus. Un mois après la disparition d’Yvonne, une corde et une poutre du grenier, Hervé avait décidé de s’en aller à son tour.

Ce récit est une oeuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

© Les photos et les histoires qui accompagnent les reportages photographiques du site UrbexSession.com sont protégées par le droit d’auteur.

  • Belombra

    C’est une histoire inventée de toute pièce ?! Non mais franchement !

  • Thérèse

    Mais que vois-je ? Le doux visage d’Yvonne figé au fond de la tasse de café ? Les traces de son postérieur sur la chaise rembourrée ? Les lignes de sa main dans les pattes de l’araignée ? Ciel, cette maison est hantée !

    • Hantée je pense oui. Seul dans une pièce, à un moment j’ai senti une main me touchant la fesse droite, Marie été dans une autre pièce, impossible que ça soit elle. Depuis je me demande, Yvonne, une coquine ?