logo

Internat Simon Fraser

Lors de notre exploration de l’internat Simon Fraser, nous connaissions déjà l’histoire de ce lieu à travers un fait divers qui avait entaché la pratique de l’airsoft. Jusqu’à maintenant, Marie et moi, nous n’avions pas d’aprioris sur la pratique de l’airsoft, nous avions toujours eu l’image de bouseux déguisés en militaire s’amusant avec des billes en plastique le dimanche après midi, rien de bien méchant. Mais ce qui s’est passé dans cet endroit a montré une image de cette pratique beaucoup plus glauque qu’on aurait pu imaginer. Une des règles de l’airsoft, une des plus controversées, consiste à capturer un joueur de l’équipe adverse et de le garder en otage en lui faisant subir une séance de torture jusqu’à ce que les ennemis rendent les armes. Une torture assez hard qui consiste à lui insérer un plug anal de façon brutale, à plusieurs reprises, sans relâchement. Günther, un jeune allemand de 17 ans, jouait régulièrement avec des amis dans cet internat désaffecté et a subi ce châtiment en février 2012. Sans pitié, face aux larmes et aux appels à l’aide, l’adolescent a perdu l’usage de son rectum et eut par la suite un anus artificiel. Il dénoncera à visage découvert cette pratique odieuse à la presse. Le gouvernement allemand a immédiatement réagi en interdisant cette torture dans l’airsoft. En France, aucune mesure n’a été prise pour arrêter cette pratique malgré des statistiques inquiétantes sur le nombre d’anus artificiel chez les airsofteurs.

  • Serena

    Magnifique paysage

  • slendercut

    c’est vrai le coup du airsoft ?

  • Louis Gadot

    Je ne sais pas qui sont les rédacteurs de cette article … Mais pratiquant l’airsoft depuis 5 ans, je n’ai jamais connu ce genre de chose. Pour commencer rare sont les parties ou capturer un ennemie est autorisée. Il est parfois autorisé par contre de capturer le commandant adverse. A ce moment là dans le but de récupérer des informations, on pratique la torture du « ni oui ni non » ! Une torture horrible qui consiste a jouer au ni oui ni non. Ce qui bien sur un petit jeu obligeant au commandant de révéler des informations en cas de échec. C’est la règle la plus généralement appliquée …. Alors si quelque stupide allemand pratique ce genre de chose, il n’en est en aucun cas une pratique, rien qu’existente en France. Je vous conseille alors de revoir votre article.

    Cordialement, merci.

  • Lapinou

    :’) difficile de savoir si tu rentres a fond dans le jeux ou si tu es vraiment con