logo

Hotel Poehlke

Hôtel abandonné en Italie
Une histoire émouvante, une histoire pleine de tendresse. Un père, un enfant dans une solitude et un ennui devenus la trame de leur vie. Veuf depuis trois ans, Marc élève seul son enfant, Adrien, trois ans. Un père aimant, voulant transmettre au maximum la définition du mot bonheur à son fils. Avec peu de moyens financiers et une déprime lourde, cet objectif reste malheureusement en échec.
Les vacances d’été approchent, Marc emmène son enfant pour quelques jours à la plage, sur la côte Atlantique. Son projet ne s’arrête pas là, une mauvaise idée lui traverse alors l’esprit. Partant du constat que son enfant est terriblement seul, sans frère, sans sœur et sans ami, il décide de kidnapper un jeune garçon à la sortie d’une école primaire. La folle cavale commença. Une longue route démarre en direction des vacances. Des alertes enlèvements sont immédiatement diffusées à la radio et à la télévision pour retrouver Valentin. Le père kidnappeur arrivera malgré tout sans encombre à la station balnéaire. Le bonheur de son enfant lui épargne stress et angoisse.

 

Son fils Adrien avait enfin trouvé un copain. La plage fut assiégée par les deux bambins à coup de pelles et de râteaux pour construire leurs châteaux de sable. Boules de glace, baignades et soleil, Marc a le sentiment d’avoir enfin atteint son objectif de rendre heureux son fils. Quatre jours après, l’enfant disparu fut reconnu, attablé dans le restaurant de cet hôtel maintenant désaffecté en compagnie d’un autre enfant et d’un homme. La police arriva quelques minutes après. Placé immédiatement en garde à vue, le père raconta la vérité et qu’il ne regrettait rien, son objectif était enfin atteint, son enfant avait fait connaissance avec le bonheur.

 

Se déclarant coupable mais heureux, ce papa kidnappeur toucha l’opinion publique avec son histoire. Des manifestations demandèrent sa libération et les parents du petit Valentin décidèrent d’enlever leur plainte sous la vindicte populaire. Plusieurs artistes sortirent une chanson à la gloire de Marc, des paroles émouvantes que ces chanteurs véhiculèrent dans de nombreux plateaux tv. Malgré ce soulèvement médiatique, Marc fut incarcéré pendant dix huit mois. Il ne vit son fils que rarement au parloir, cet endroit lugubre qui était le dernier face à face pour Adrien avec son père. Marc mourut quelques mois plus tard d’une rupture d’anévrisme dans sa cellule.

 

Sa vie chaotique pleine d’amour fut adaptée plus tard au cinéma. Le film « L’amour d’un père » fut un succès international, un bel hommage pour cet écorché vif. Six ans après sa mort, l’homme ne fut jamais oublié, sa tombe était régulièrement fleurie par des inconnus. Une histoire émouvante qui fut malheureusement gâchée par la découverte de Sylvain Moulard, un jeune homme de 28 ans, passionné de lieux abandonnés.

 

Un jour, il passa devant la maison de Marc, un lieu en friche, aux vitres brisées, à la toiture menaçante et aux herbes folles tapissant le sol. Sylvain explore le lieu et tombe sur un appareil photo numérique se trouvant au fond d’un tiroir, par curiosité l’homme le ramène chez lui et découvrit avec effroi le contenu de la carte mémoire. Des photos mettant en scène un homme abusant d’un enfant. Après vérification, cet homme qui a ému tant de personnes était en fait un pédophile. A l’occasion, un nouveau film sur sa vie sera tourné, sobrement intitulé « Fils de pute ».
  • Gaël Pinson

    Superbe, comme d’habitude. On imagine sans peine les vies, les passages, les amours qui ont pu se dérouler dans cet endroit….Sinon, c’est pas un trépied photo très XXième siècle sur la 16 😉

  • This is a really great article, loving the photos of this location! I’m planning to go to France this year and do a little longer trip, feel free to check out my website if you want: http://www.sinistersuspect.com