logo

Complexe Aquatique « La Plage » – île de Platais

Situé en Île-de-France, dans la ville de Medan, perdu au beau milieu d’une île, nous partons explorer ce parc aquatique abandonné depuis 2003, appelé « La Plage ».

Nous ne savons pas comment nous allons rejoindre l’île du Platais. Pas de bateau gonflable, ni de radeau de fortune avec nous, il faudra seulement compter sur notre bonne étoile pour nous emmener à destination. Cette étoile ça sera un pécheur, qui nous invitera sur son bateau pour cette traversée. Une chance inespérée. Du temps où le complexe aquatique était en vie, pour gagner l’autre rive, il y avait des navettes fluviales qui partaient régulièrement du restaurant « Les Romanciers », situé en face du parc. Nous avons retrouvé des pancartes d’informations. Par contre, l’état du restaurant n’avait plus les qualités requises pour figurer dans notre reportage, une épave sans intérêt, il ne reste plus rien, complètement muré mise à part une petite porte discrète. A
l’intérieur, nous découvrons des déchets joncher le sol et la présence de squats à répétition.

Nous traversons l’île à pied, une promenade qui nous procure un moment de quiétude très agréable. Nous croisons quelques personnes, ni seins, ni sexes à mater, le nudisme qui avait fait la réputation de l’endroit n’est plus que de l’histoire ancienne, dommage. D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de l’île qui est vraiment passionnante et pleine d’histoire, je vous invite à consulter ce site internet : http://histoire.villennes.free.fr/Pages/Extension26.htm.

Nous poursuivons notre promenade, mais nous ne trouvons aucune indication pour accéder au parc. Nous marchons sur les petites allées que les cabanes en bois dessinent, nous savons que l’on finira par trouver le parc, c’est l’île du Platais, pas Koh-Lanta. Nous arrivons devant l’entrée de « La Plage », enfin, on la devine à travers les ronces et les orties, heureusement qu’on a pas eu l’idée de faire de l’Urbex Nudisme. La végétation recouvre entièrement le mini golf et les terrains de tennis mais on y voit encore le grand toboggan aquatique donnant directement sur la piscine devenue marécage. Le cadre est idyllique et le calme est reposant, on a du mal à imaginer que ce parc autrefois pouvait accueillir jusqu’à 9 000 personnes. A part les vestiaires et quelques fresques sur les murs, il n’y a plus grand chose qui nous rappelle le passé glorieux de « La Plage », la nature a définitivement reconquis les lieux.

Pour quitter l’île, plus de trace du pécheur, nous nous retrouvons piégés ici, sans moyen pour regagner le continent, nous pensons même à dormir à la belle étoile mais la chance nous sourit une nouvelle fois. Nous apercevons un petit bateau en mauvais état longer l’île, il y a beaucoup de monde à l’intérieur, on demande de l’aide et on nous récupère sans hésiter. Nous découvrons que nous sommes dans un bateau avec des réfugiés, des gens qui ont abandonné leur vie pour avoir la chance de vivre mieux, autrement, loin de la misère et de la violence. C’est la première fois que nous voyons d’aussi près des migrants. Ils nous racontent leur histoire, leur vie pleine de détresse et de désespoir. C’est avec beaucoup d’attention et de peine que nous écoutons ces écorchés vifs, les destins déchirés de Françoise, Marcel, Hervé, Micheline et les autres. Cela fait déjà 20 minutes qu’ils sont partis de chez eux, de Mantes-la-Jolie, la où ils vivent tous depuis une trentaine d’années dans leur vieil HLM aux ascenseurs en panne et où les dealers de drogue font régner l’ordre, ils souhaitent tous vivre dans la capitale, loin de tout ça. Nous leur souhaitons bonne chance et accostons sur la rive en regardant une dernière fois le toboggan du parc.

  • Alpha 5.20

    on dirait boran sur oise

  • Alpha 5.20

    on dirait boran sur oise

  • Alpha 5.20

    on dirait boran sur oise

  • Alpha 5.20

    78