logo

Colonie Mussolini

Cachée au cœur de la montagne, une seule route sinueuse donne accès à cette colonie de vacances. Abandonnée depuis bientôt 40 ans, elle reste malgré tout dans l’actualité. Dans la nuit du 10 juillet 1970, le centre fut victime d’un rapt d’enfants sans précédent.Deux heures du matin, cela faisait bien longtemps que les enfants dormaient ainsi que les animateurs, un seul était encore réveillé, le directeur fumant sa cigarette sur la grande terrasse surplombant la montagne. Surpris de voir au loin un défilé de phares de voitures roulant vers la colonie, il n’attendait plus personne à cette heure-ci.

Huit véhicules utilitaires arrivèrent et se positionnèrent devant la porte principale du centre.Les phares des véhicules s’éteignirent et le directeur leur demanda de la terrasse ce qu’ils venaient faire ici mais il n’y eut aucune réponse de leurs parts. Quelques secondes plus tard, le courant fut coupé, il n’y avait plus de lumière dans le centre. Les personnes en profitèrent pour casser, à coups de barre de fer, la porte principale qui finit par céder.Les enfants se réveillèrent les uns après les autres, entendant un groupe de personnes monter les marches de l’étage en courant. Les animateurs et le directeur essayèrent de s’interposer au groupe mais ils furent immédiatement frappés et tués à coups de barre de fer.

La nuit fut déchirée par les pleurs et les hurlements des enfants. Ils furent traînés et portés par le groupe de personnes cagoulées puis emmenés directement dans les véhicules. Les 44 enfants furent kidnappés en moins de 30 minutes. Le centre fut dévasté. L’horreur fut découvert quelques jours plus tard par les parents inquiets de ne plus avoir de nouvelles de leurs enfants.Une enquête fut immédiatement menée mais qui ne porta jamais ses fruits. Aucun témoin, aucun indice ne put aider les policiers. Plusieurs thèses furent immédiatement évoquées par la presse comme un réseau mafieux qui revendrait les enfants dans les pays de l’Est ou une pure exécution des enfants.

Depuis ce kidnapping datant de 1970, les parents des enfants disparus reçoivent chaque année, pour la date d’anniversaire de leurs enfants, une lettre anonyme avec une photo de leurs enfants brandissant une pancarte « Je vais bien Maman, Papa, je pense à vous ». Toujours le même message et toujours la même prise de photo, devant un mur blanc quelconque.Par procuration, ils voyaient leurs enfants grandir, leur aspect physique changer sans savoir ce qu’ils deviennent, où ils sont et qui les séquestrent.

Des enfants devenus adultes à travers des clichés annuels.Les photos envoyées anonymement furent systématiquement étudiées et inspectées par la police mais il n’arrivèrent jamais à remonter la moindre piste. Un jour peut être, nous aurons enfin la vérité sur un des plus grands mystères italiens jamais résolus.

Ce récit est une oeuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

© Les photos et les histoires qui accompagnent les reportages photographiques du site UrbexSession.com sont protégées par le droit d’auteur.

Cachée au cœur de la montagne, une seule route sinueuse donne accès à cette colonie de vacances. Abandonnée depuis bient…

Posted by Urbex Session : An Abandoned World on vendredi 24 avril 2015

  • bloub

    Salut, cette histoire la est vraie ou c’est de la fiction ?

    • Célia

      c’est marqué en dessous du rcéit « une œuvre de pure fiction »