logo

Chateau Martha Beck

Explorer ce château abandonné, c’est aussi traverser ce village qui a connu tant de violences et de faits divers, les plus horribles les uns que les autres, heureusement, depuis des années, la bourgade est de nouveau paisible. C’est en 2001 que les premiers faits macabres commencèrent. Cette matinée du 10 février 2001, Martine, une habitante de Saint-Vincent-sous-Foret, découvrit avec horreur deux chats décapités devant son domicile, posés sur le trottoir. Non seulement décapités mais également avec une croix gammée rouge taguée sur leur corps. En quelques heures, il y eut en tout une vingtaine de cadavres de chats, tous décapités et tagués de la même croix. Le journal local « L’actualité du montagnard curieux » a immédiatement publié plusieurs articles pour parler de cet acte inqualifiable. Quelques jours après, les têtes des chats furent déposées sur le parvis de l’église, disposées sur un pentagramme dessiné avec du sang. Le journaliste de « L’actualité du montagnard curieux » fit le jour même un édito pour mettre en garde les habitants d’une menace sataniste. De quoi inquiéter les nombreux propriétaires d’animaux. Quinze jours plus tard, le village refit parler de lui avec l’apparition de crop circles dans un champ. Les crop circles sont des formes représentant des figures géométriques variées et inexplicables. La culture populaire tise le lien entre ce genre d’apparition et la présence d’extraterrestres même si, le plus souvent, ce sont des canulars avérés. Ici, en l’occurrence, la forme dessinée représentait un pénis géant. Un canular donc. Sauf que le journaliste de « L’actualité du montagnard curieux » fit quotidiennement la couverture de son journal et rédigeait des articles témoignant que cela provenait d’extraterrestres pervertis. Avec arguments et recherches, il convainquit la majorité de la population. Entre satanistes et extraterrestres, le village fut assez mouvementé.




Martine, qui avait découvert deux chats décapités devant chez elle, eut une seconde frayeur qu’elle ne put jamais oublier. En pleine nuit, réveillée par le bruit de sa sonnette, elle regarda par la fenêtre de sa chambre et aperçut Adolf Hitler derrière son portail lui faisant coucou et repartant en courant. Persuadée d’avoir fait un mauvais rêve, elle n’attacha pas plus d’importance à cet événement. Vingt-quatre heures plus tard, sa sonnette retentit de nouveau et Adolf Hitler, toujours derrière son portail, lui fit un cœur avec ses doigts et repartit en courant. Sans attendre, elle appela la police pour qu’ils interviennent au plus vite. Malgré de grosses recherches, aucune trace d’Hitler ou d’un mauvais plaisantin. Les policiers commencèrent même à mettre en doute l’esprit de la vieille dame. Heureusement pour elle, Martin, le journaliste local ayant eu écho de cette histoire, l’interviewa pour faire un article sur ce drôle d’événement. Un Hitler farceur, des satanistes décapiteurs de chats et des aliens pervers, cela faisait beaucoup en si peu de temps. D’autres habitants témoignèrent régulièrement sur cette apparition fantomatique de l’ancien dictateur ce qui avait eu pour effet d’augmenter les ventes de « L’actualité du montagnard curieux » de manière significative, dépassant même les frontières locales. Il fallut attendre le 28 mars pour mettre fin à cette histoire, Hitler pris en flagrant délit par une patrouille. Ce n’était évidemment pas un revenant mais bien un plaisantin et pas n’importe lequel. C’était le journaliste du quotidien local. En garde à vue, il avoua ce méfait mais pas que…. C’était lui l’auteur des décapitations de chats, c’était lui qui avait dessiné le pénis dans le champ. Il se justifia de la manière la plus étonnante et incompréhensible. Menacé de licenciement par la direction du groupe de presse à qui appartenait son quotidien, il avait eu l’idée de créer une actualité folle pour maintenir son poste et son journal. Lassé de relayer les vide-greniers et les lotos organisés, il ne vit pas d’autres solutions que de faire vivre le village à sa façon.

Après deux ans d’emprisonnement, l’homme put retrouver son rôle de journaliste pour un grand quotidien de Charleroi en Belgique où, d’après ses mots, il n’avait pas besoin de faire marcher sa folle imagination car la réalité était bien plus forte là-bas. Une histoire qui avait, de façon évidente, donné encore plus de discrédits à une profession qui réussissait généralement à être plus subtile dans la manipulation d’opinions, là c’était un échec évident.

Lors de notre exploration de ce château, nous avons été émerveillés par sa beauté, malgré son état et ses pièces vides, il y réside un charme fou avec cet escalier vétuste mais magnifique, l’intérêt principal du lieu. Il y a encore une belle salle de bain relativement bien conservée dans ce patchwork de tapisseries moisies par le temps et l’humidité.

Nous ne communiquons pas l'adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n'encourageons pas à l'explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d'accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d'information : http://urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l'adresse par message privé ou dans les commentaires, il n'y aura aucune réponse de notre part, merci de votre compréhension.

« Continuez à explorer d’autres châteaux abandonnés situés en France en cliquant ici : http://urbexsession.com/chateau-abandonne-en-france« 




  • Loic M

    pourquoi saint-vincent-sous-foret existe pas sur google ???