logo

Château Danny Rolling

La dernière vie de ce château fut tumultueuse et sa fin tragique. Mark Pauwen fut le dernier propriétaire de la demeure rouge, il avait racheté le domaine en ruine dans les années 1990 avec toutes ses économies pour le rénover et lui redonner sa splendeur d’antan. Un projet étonnant vu le personnage aux multiples condamnations judiciaires. Sa carrière a en effet été bâtie sur diverses escroqueries, plusieurs usurpations d’identité, des utilisations frauduleuses de chèques, un véritable parcours hors des sentiers battus.

La rénovation de ce château fut perçue comme une rédemption pour cet homme maintenant âgé de 72 ans, trop vieux pour continuer sa vie de voyou. Une retraite loin de la pression de la justice et de l’illégalité. Il a fallu un peu plus d’un an pour que les travaux se finissent. Le résultat fut incroyable, le château reprit sa couleur rouge initiale qui lui donnait tant d’originalité. Mark Pauwen ne s’arrêta pas là et créa peu de temps après un mouvement appelé « Harmonie, Espoir, Vie », il avait maintenant l’ambition d’aider les personnes les plus vulnérables, seules, en manque d’écoute. Un véritable changement de personnalité pour cet homme qui n’a eu de cesse de trouver de nouvelles idées pour abuser des gens, l’âge de la raison probablement.

Marchant dans la rue, à la recherche de clochards, de chômeurs devant les agences d’emploi, Mark avait cette démarche sincère de venir en aide à ces gens, par une écoute attentive et des conseils avisés. Son implication face à la pauvreté ne s’arrêtait pas là, il les invitait à venir manger et se reposer au château pour faire une parenthèse avec leur vie sans éclat. Mark Pauwen voulait prendre la relève de Mère Térésa, mais c’était bien trop gros pour être vrai. Après un certain temps, une vingtaine de personnes avaient suivi Mark dans son château, il avait une emprise sur eux, il avait les mots pour leur faire comprendre et assimiler la vision qu’il avait de la vie. Mère Térésa devenait peu à peu un véritable gourou. Il avait scrupuleusement choisi des profils de gens qui n’avaient plus de relation familiale ni amicale, de véritables paumés de la vie.

Son charisme avait de quoi impressionner ces nouveaux pensionnaires, aucune contestation n’avait lieu face à cet homme beau parleur. Il avait l’art et la manière de manipuler les gens sans aucune difficulté. Peu à peu, son discours était devenu inquiétant et alarmant, il indiquait à son auditoire qu’ils étaient tous menacés par des gens qui leur voulaient du mal et qu’ils allaient tôt ou tard les trouver pour les tuer. La seule solution consistait à les cacher dans la cave du château dans une totale obscurité. Toutes les personnes, par peur d’être confrontées à ces tueurs inconnus, s’empressèrent de se laisser enfermer dans la cave pour une durée indéterminée. Mark avait pris possession de toutes les procurations et les comptes de ces personnes en détresse pour toucher leurs aides sociales à leur place, tout ce stratagème pour arriver à une énième escroquerie encore plus malsaine. Vingt personnes entassées dans la cave sans pouvoir sortir, terrorisées à l’idée de devoir être confrontées avec l’extérieur. Ils étaient nourris une fois par jour par Mark avec du pain et de l’eau, le strict minimum, toujours dans l’obscurité totale, ces personnes ne vivaient que par le toucher et la voix. Leurs besoins étaient faits à même le sol, ce qui évidemment fit empester la cave, un air totalement irrespirable malgré plusieurs conduits d’aérations. Imbibés d’urine et d’excréments, ils pataugeaient dans l’horreur comme des bêtes mais rassurés d’être protégés par Mark. Des mois que cette situation durait, des personnes souffraient d’infections et de maladies graves face à l’hygiène déplorable du lieu, c’était un véritable carnage. Son attrait pour l’argent lui fit emmener au fil du temps de plus en plus de nouvelles personnes dans la cave, totalement saturée, à accueillir jusqu’à 34 personnes, littéralement les uns sur les autres.

Comme une vengeance divine, Mark Pauwen mourut d’une crise cardiaque dans sa chambre laissant à l’abandon ces pensionnaires enfermés dans la cave. N’ayant aucune personne se souciant d’eux, ils étaient voués à mourir ici. Une lente agonie. N’étant plus nourri par Mark, ils crevaient de faim, il y en a même, désespérés, qui se mirent à manger des excréments jonchés sur le sol. Des jours et des jours que la situation s’aggravait, enfermés dans le noir à crier, hurler à Mark de venir les nourrir, personne ne venait. C’est à partir de ce moment là que les premiers actes de cannibalisme eurent lieu. Des bagarres et des morts qui servirent de viande comme ultime sauvetage de cet enfer. Ils étaient les uns après les autres sacrifiés voire dévorés encore vivants, la folie s’était emparée de chacun d’entre eux. L’horreur fut découverte par des pompiers alertés par le voisinage d’un début d’incendie dans le parc du château. L’horrible odeur qui se dégagea du château les interpella et ils décidèrent d’aller voir à l’intérieur. En ouvrant la cave, pris de vomissements et de malaises, ils découvrirent un véritable charnier, des cadavres à moitiés décomposés au milieu de corps déchiquetés, Mark Pauwen n’était définitivement pas devenu la nouvelle Mère Teresa.

  • Ambre Reboul

    Ingénieux de prendre un tueur en série et de lui approprier le lieu. Pour ceux qui n’aurais pas envie de faire des recherches, Danny Rolling est mort par injection létal en 2006. Au final je trouve les critiques un peu dures: vous faites des spots que tout le monde connais, etc. Mais ce qui est intéressant c’est les photos, la poésie qui se dégage du lieu et les petites histoires qui vont avec et qui nous font frissonner. Le temps d’un article on est emporté ailleurs, dans un monde d’horreur et d’angoisse, en prenant plaisir à imaginer que c’est vrai. Bravo!