logo

Centre Commercial Ernesto Picchioni

En roulant en direction d’un endroit abandonné, nous passons à côté d’une femme poussant un chariot avec un enfant dedans, elle nous fait des signes pour nous demander de nous arrêter. Les larmes aux yeux, cette femme nous demande si nous avons à manger pour elle et son enfant, malheureusement sur nous, pas de nourriture ni d’argent liquide. Elle nous explique être atteinte d’une grave maladie et étant veuve elle s’est retrouvée seule avec son enfant de 5 ans.
En guise d’adieu envers sa progéniture, elle voulait lui offrir un dernier voyage avant de mourir, un périple sans argent mais avec beaucoup d’amour. Partie de chez elle à pied, en poussant son fils dans un chariot, elle voulait lui montrer pleins de belles choses à travers le pays. Les semelles usées de ses chaussures témoignaient des nombreux kilomètres parcourus, déjà huit jours de marche.

Fatiguée par ce voyage et sans argent, son seul recours pour se nourrir, elle et son fils, était de compter sur la générosité des gens qu’elle croisait sur la route mais là, mais depuis deux jours, sa survie elle la devait à quelques poubelles comprenant quelques restes de nourriture. Marie et moi étions émus de la voir dans cet état et de voir cet enfant en pleurs, en souffrance. Nous lui promettions alors d’aller immédiatement chercher de la nourriture dans le magasin le plus proche, nous lui demandions d’attendre 10 minutes le temps de faire l’aller retour. Sur la route du magasin, nous étions totalement abasourdis par tant d’humanité qu’apportait cette mère mourante à son fils et ce fut avec un énorme plaisir que nous voulions apporter notre aide à cet ultime acte d’amour.

Nous roulions à vive allure, déjà deux kilomètres de parcourus quand Marie me demanda de m’arrêter immédiatement, un énorme bâtiment désaffecté se présentait à nous, à vrai dire ce n’était pas du tout le moment de l’explorer mais nous décidions d’y aller vite fait et d’aller au magasin après. Nous nous avançons alors vers l’entrée, nous ignorons totalement la nature de ce lieu et là, surprise, nous sommes dans un centre commercial désaffecté. Improbable, nous déambulons à travers les escalators pour y trouver également un cinéma avec plusieurs salles, une chance inouïe de trouver un tel endroit. Pendant des heures, nous photographions le lieu avec passion. Nous sortons d’ici avec des centaines de photos et des étoiles dans les yeux.

Nous partons à la tombée de la nuit en direction de notre hôtel à vive allure, nous n’avons pas mangé de la journée et sommes relativement pressés de nous reposer. Après quelques kilomètres, sur cette route dans l’obscurité totale, notre voiture percute quelque chose, le choc est violent et la voiture fait un 360°. Nous sortons pour constater les dégâts mais plus de peur que de mal, nous avons percuté un chariot qui n’a rien occasionné de préjudiciable à notre voiture.

  • Loic Gounon

    pourais t on avoir l adresse ?

    • Axogen

      Cherches.

      • Loic Gounon

        trouvé

        • Axogen

          Bah voila quand tu veux