logo

Bowling Artur Ryno

Bowling abandonné en Belgique | urbexsession.com/bowling-artur-ryno | Urbex Belgique

C’est dans ce bowling belge que tout a commencé, cette mode éphémère mais marquante par son atrocité, le bowlkilling. Ce phénomène n’aura duré que quelques mois mais aura traumatisé pendant longtemps la Belgique. A quelques kilomètres de la ville de Charleroi a vécu l’inventeur de cette pratique, Lukas Bouxin, un jeune homme de dix sept ans. Depuis toujours, il vouait une passion au bowling, dès qu’il pouvait, il se rendait sur les pistes pour s’entraîner et pour participer à des tournois nationaux. Une vie de strikes mais ternie par son environnement familial. Son père, un alcoolique sans intérêt, lui a toujours reproché de n’avoir pas pratiquer du football, ne comprenant absolument pas cet intérêt pour les boules et les quilles. Une intolérance pesante à vivre pour Lukas, une mère indifférente et un père rabaissant, sa seule bouffée d’oxygène c’était d’être sur les pistes lustrées. Une passion trop dévorante qui avait pris le dessus sur sa scolarité. Il était de plus en plus fréquent que Lukas sèche les cours pour s’entraîner au bowling. Des résultats scolaires désastreux qui ne firent qu’empirer le climat à la maison. Son obsession, la seule, c’était de remporter le grand prix belge qui devait se dérouler quelques jours plus tard. L’année dernière, il avait fini deuxième, sa revanche était essentielle.




Malheureusement ses parents l’empêchaient de se rendre au bowling à cause de ses mauvais bulletins scolaires, la pire des punitions pour Lukas. Dans sa chambre transformée en bowling clandestin, il avait reconstitué une piste avec des cartons assemblés, des bouteilles vides en guise de quilles et une balle de tennis pour pouvoir continuer à s’entraîner. Par surprise, son père entra dans sa chambre pour jeter toute son installation à la poubelle en lui vociférant des insultes. Les jours passèrent et la compétition se rapprochait, malgré ses demandes insistantes, il avait toujours l’interdiction formelle de participer au concours, rien ne pouvait les faire changer d’avis.

Le jour du grand prix belge, un samedi matin, Lukas avait bien l’intention de se rendre au bowling, discrètement, ses affaires en main, il s’approcha de la porte de la maison pour partir. Son père, caché dans le salon, se précipita sur lui et le jeta à terre, déchaîné, il déversa une violence inouïe sur son fils pour lui avoir désobéi. A coups de pied dans le ventre, Lukas criait et appela sa mère au secours. Elle, sans s’interposer, laissa faire son mari dans une attitude totalement passive. Après avoir terrassé son fils, il partit dans la cuisine se chercher une bière. A terre, toujours conscient, Lukas se releva avec difficulté. Armé d’une de ses boules de bowling, il profita que son père ait le dos tourné pour lui fracturer le crane avec. Un coup violent qui lui fit perdre conscience immédiatement. Sa mère paniquée composa le numéro de la police, son fils se précipita sur elle et l’étrangla de toutes ses forces jusqu’à ce qu’elle ne respire plus et décède. Son père, lui, était toujours dans un état comateux. Couteau de boucher en main, Lukas s’assit sur lui, face à son visage, il approcha la lame de son cou et lui caressa la tête avec. D’une main, il lui agrippa les cheveux et d’une autre, il lui planta la lame dans le cou pour le décapiter. C’est à ce moment dramatique que son père commença à reprendre ses esprits, il se fit décapiter encore conscient. Malgré ses hurlements, Lukas continua sa décapitation avec beaucoup de difficulté. De longues minutes de tortures jusqu’à ce qu’il tienne la tête de son père entre ses mains. Loin d’en avoir fini, il prit une tondeuse électrique pour lui raser les cheveux. Ensuite, toujours avec son couteau, il lui découpa entièrement le nez pour ensuite lui briser toutes les dents. Toujours dans cette volonté de participer à la compétition, Lukas se changea rapidement et se nettoya le visage plein de sang. Dans la voiture de ses parents, il roulait à toute allure pour ne pas louper son tour. Arrivé sur place, les organisateurs lui indiquèrent qu’il devait se rendre sur les pistes dans 15 minutes. A l’appel de son nom, il s’avança avec son sac sur la piste, les spectateurs l’applaudirent et l’encouragèrent. Un engouement populaire de courte durée avant qu’il ne sorte de son sac une tête décapitée. Dénuée du nez, des cheveux et des yeux, Lukas enfonça ses doigts dans les orifices de la tête pour la balancer sur la piste. Sous les cris et la panique, la tête se dirigea tout droit sur les quilles. Aussi magique que gore, il réussit à faire un strike. Le bowling fut évacué en urgence. Lukas fut interpellé par la police puis interné quelques jours plus tard en hôpital psychiatrique.

Ce qui aurait dû rester un fait divers scabreux a pris un tournant étonnant. En Wallonie, ce qui fut appelé par la presse le bowlkilling fut adopté par quelques personnes. C’est ainsi que plusieurs cimetières furent profanés pour y décapiter des cadavres et ainsi jouer au bowlkilling. Des parties évidemment discrètes, se passant la plupart du temps dans des caves, voire dans des hangars désaffectés. Un épiphénomène inquiétant qui fut partagé sur les réseaux sociaux avec des photos où l’on voyait des personnes encagoulées en train de balancer des têtes décapitées sur des quilles. Par mesure de sécurité, les cimetières du secteur furent placés sous surveillance même si cela ne rassurait pas beaucoup les familles. Certaines, même, avaient fait le choix de rapatrier le cadavre de leurs défunts à leur domicile, le temps que cela se calme. Comme toute mode, le bowlkilling finit par disparaître même si certains groupuscules rêvent un jour de monter une compétition mondiale.

Nous ne communiquons pas l'adresse de ce lieu pour des raisons évidentes de sécurité et n'encourageons pas à l'explorer par vos propres moyens. De nombreux cas d'accidents graves et mortels sont à déplorer dans les lieux abandonnés, merci de consulter cette page d'information : http://urbexsession.com/lieux-desaffectes-danger. Abstenez vous de nous demander l'adresse par message privé ou dans les commentaires, il n'y aura aucune réponse de notre part, merci de votre compréhension.

 

Bowling abandonné en Belgique! #urbex #belgium #abandonedbowling #bowling #abandoned #urbanexploration #abandonedbelgium

Une photo publiée par An Abandoned World ☢️⛔️⚠️ (@urbexsession) le

 

Bowling abandonné, salle des billards. #urbex #urbanexploration #billard #abandonedbelgium #belgium #belgique

Une photo publiée par An Abandoned World ☢️⛔️⚠️ (@urbexsession) le

Bowling abandonné en Belgique. #urbex #urbanexploration #abandonedbelgium #abandonedbowling #bowling #belgium #belgique

Une photo publiée par An Abandoned World ☢️⛔️⚠️ (@urbexsession) le

 

Bowling abandonné en Belgique. #urbex #urbanexploration #belgium #abandonedbelgium #bowling #abandonedbowling

Une photo publiée par An Abandoned World ☢️⛔️⚠️ (@urbexsession) le

 

Abandoned Bowling in Belgium. #urbex #urbanexploration #belgium #belgique #abandonedbelgium #abandonedbowling #bowling

Une photo publiée par An Abandoned World ☢️⛔️⚠️ (@urbexsession) le

 

« Continuez à explorer d’autres lieux abandonnés situés en Belgique en cliquant ici : http://urbexsession.com/belgique« 




  • Gaelle

    Hello Raphaël et Marie 🙂 Superbe endroit et ambiance no stress ^^ Par contre, la photo du chat carpette, vous n’étiez absolument, mais ABSOLUMENT PAS, obligés de nous la montrer ;o; (au moment où elle est apparue devant mes yeux je prenais mon petit déj’, et ça m’a direct coupée l’envie de finir mes tartines lol XD)

    • Et dire que j’ai failli marché dessus, j’ai mis du temps à me rendre compte de la nature de la chose.

  • Axogen

    Sympa le chat

  • MaxDuterne

    Bonjour ce lieux est il en belgique ? 🙂