logo

Asile Martin Lecian

Carolina Alestra est une femme qui a toujours eu comme vocation de venir en aide aux personnes défavorisées et en détresse, humaniste dans l’âme elle a sacrifié toute vie professionnelle et familiale pour se consacrer au bénévolat. Déjà toute jeune, elle donnait ses bonbons et ses biscuits aux clochards en bas de chez elle. Au collège et au lycée, elle créa régulièrement des collectes et autres tombolas au profit d’associations humanitaires.

C’est lors d’un de ses voyages au Mali, à l’age de vingt ans, que Carolina décida d’entamer un projet coûteux mais indispensable. Touchée et affectée de voir la population et ces enfants mourir de soif, sans eau, sans robinet, sans puits et sans pluie, ce peuple à l’agonie c’était une vision épouvantable pour elle.

Médiatiquement, elle a tout fait pour faire parler de ces conditions de vie inhumaines mais malheureusement elle dut faire face à une terrible indifférence, les gens de son pays ne se sentaient pas concernés par ces problèmes, loin de plusieurs milliers de kilomètres. Les dons se firent rares et sa cagnotte peinait à se remplir. Son projet de construction de puits au Mali fut très difficile à mettre en place mais ces regards d’enfants assoiffés ne la quittaient jamais et elle ne laissa pas tomber son plan.

Elle chercha des solutions beaucoup moins chères pour faire parvenir de l’eau au Mali comme un approvisionnement de bouteilles d’eau minérale par avion mais ce ne serait qu’une aide temporaire et précaire. Carolina étudia longuement le sujet, demanda des conseils à de grands scientifiques mais rien de concret ne l’aidait dans son projet.

Les jours, les mois passèrent et Carolina désespérait de ne pas pouvoir revenir au Mali apporter ce besoin nécessaire pour la survie de ces habitants. Un soir, en écoutant attentivement son amie Gloria raconter ses problèmes sexuelles dus à son anatomie intime trop démonstrative, une idée lumineuse lui vint tout de suite à l’esprit, une idée inattendue et incroyable.
Dès le lendemain, elle posta des petites annonces pour recruter des femmes avec une description précise du type recherché, ce fut toute une équipe féminine qui accompagna Carolina pour aller aider le peuple malien. Elle eut souvent du mal à leur faire comprendre son projet et encore plus sa solution extrême mais petit à petit elle finit par les convaincre.

C’est comme ça, qu’un mois plus tard, Carolina et 10 autres femmes partirent au Mali pour donner toute l’eau nécessaire à ces habitants. Les bouteilles et les sceaux se remplissaient d’eau et les maliens étaient heureux de pouvoir se désaltérer enfin. Après un mois d’activité bénévole, les femmes furent épuisées et arrivèrent de moins en moins à fournir de l’eau, l’acte finissait par être éprouvant et l’eau se faisait de plus en plus rare.

Carolina comprit immédiatement qu’elle devait remplacer régulièrement ces femmes pour en mettre des nouvelles à la place, une rotation indispensable pour produire de l’eau à un rythme effréné. C’est comme ça que pendant le reste de sa vie, Carolina fit constamment des aller retour entre l’Italie et le Mali pour apporter de nouvelles femmes fontaines. A l’age de 88 ans, usée et fatiguée, elle s’éteignit à l’hôpital Martin Lecian qui fut autrefois un asile psychiatrique.